注册 登录  
 加关注
   显示下一条  |  关闭
温馨提示!由于新浪微博认证机制调整,您的新浪微博帐号绑定已过期,请重新绑定!立即重新绑定新浪微博》  |  关闭

高王凌的博客

重释传统

 
 
 

日志

 
 
关于我

历史学家。著作:《租佃关系新论》、《乾隆十三年》、《中国农民反行为研究》等。

网易考拉推荐

在法国高等研究院讲课,一  

2010-02-26 10:30:57|  分类: 思想文化交流 |  标签: |举报 |字号 订阅

  下载LOFTER 我的照片书  |

我这次到法国,是受法国社会科学高等研究院的邀请,赴法三十天,讲三次课,内容就是所谓“反行为”。我的这一研究,始于九十年代初期,于今也有十几年时间了。在开始只是一个“直觉”,后来有了一些“故事”(各位且不可小看这“讲故事”),慢慢的就成了一个“理论”。朋友不认为这还算不上什么“理论”,那也没关系,就是一些“说法”,可以说出的一些“道理”、“意义”吧。

按照我的法国朋友的安排意见,这次主要不讲那些故事(当然不是绝对的),就是讲这些个“道道儿”。往大里讲(那些故事大多收入我的小书《人民公社时期农民反行为调查》里,大家尽可参考)。

刚到法国高等研究院,办手续,就发现“工资”多了,比以前来访的教授一级多了百分之二、三十,是不是都提高了呢?一问,才知道不是。就是把高老头(读过法国小说吗)作为“国际知名学者”了。过去,高研院接待的国际知名学者有吉登斯(英)、哈贝马斯(德),等等。朋友说,反正中国也没这号人物,于是我就“滥竽充数”了。其实我也没怎么听说过这些名字,咱也不想高攀。

    国人对本命年多“不敢冒”,我倒不以为然。二十四年之前,我曾作为路思(LUCE)基金学者,以所谓“中国第一流学者”名义访美,到哥大一年多时间,现在年届六十,又赴法访英,也很“知足”了。

    “没啥说的”,咱就好好讲呗。以下,就是几次讲课的内容。不是“原件”,是法国同仁的整理。我要在这里向他(她)们特别致谢!

Quels acteurs à l’origine des réformes chinoises ?

 février 3, 2010

Gao Wangling

Gao Wangling 高王凌, professeur au Centre de l’histoire des Qing de l’Université du Peuple (Pékin) et professeur invité à l’EHESS par Isabelle Thireau a donné trois conférences en chinois  au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine.

CONFéRENCE DU 25 JANVIER 2010 : QUELS ACTEURS à L’ORIGINE DES RéFORMES CHINOISES ?

Lors de sa première conférence, le lundi 25 janvier 2010, le professeur Gao a proposé une nouvelle lecture de l’épisode qui a donné en Chine à la fin des années 1970 le coup d’envoi du processus dit de ? réforme et d’ouverture ? : la redistribution aux foyers individuels du droit d’exploitation des terres collectives. Cet épisode s’est déroulé pendant quatre ans, de décembre 1978 à décembre 1982.

Contrairement à ce que certains dirigeants chinois prétendent aujourd’hui encore, nul d’entre eux n’a été à l’initiative de ce mouvement. Celui-ci a été imposé par les foyers paysans. Il est l’aboutissement des actions extrêmement variées accomplies par les paysans à partir de 1955, actions souvent invisibles, furtives et pourtant récurrentes et massives, qui étaient contraires à ce qui était officiellement attendu d’eux.

Ces actions, qui seront détaillées dans la deuxième conférence, ont connu une intensité inédite après la mort de Mao Zedong, en septembre 1976. Qualifiées par James Scott d’ ? armes des faibles ? et susceptibles, selon cet auteur, de conduire uniquement à des changements marginaux ou à des ajustements locaux, elles ont, de fait, obligé les dirigeants chinois à mettre un terme au système collectiviste mis en place et aux injonctions qui l’accompagnaient. Elles ont été bien plus étendues que n’a jamais voulu le reconna?tre l’histoire officielle de la collectivisation agraire en Chine. Elles ont largement débordé les quelques villages soudain acclamés, au début des années 1980, pour avoir pris des initiatives ponctuelles reconnues comme valides puis autorisées comme telles à être adoptées à l’échelle nationale.

Entre 1978 et 1981, une série de réunions se sont déroulées au sein du Comité central du Parti communiste chinois qui, tout en donnant lieu à de nombreux débats parmi les hauts dirigeants du Parti, ont toutes essayé d’empêcher un processus de décollectivisation. Mis devant le fait accompli des transformations déjà en place dans les campagnes chinoises, les dirigeants du Parti et de l’Etat ont tenté de limiter ces transformations en désignant certaines d’entre elles comme légitimes pour mieux rejeter les autres dans l’illégitimité : par exemple, la possibilité de confier le droit d’exploitation des terres collectives à des groupes rassemblant plusieurs foyers a été accordée pour contrer la redistribution aux foyers individuels qui s’était mise en place sans l’aval des autorités. Mais l’échec de cette décision a conduit à concéder une distribution du droit d’exploitation aux foyers dans les régions les plus pauvres. A chaque fois, les foyers agricoles ont fait fi de ces limitations.  Fin 1982, le système dit du ? forfait d’exploitation confié aux familles ? existait dans 90 % des villages chinois.

La rapidité et l’intensité de ce mouvement ont surpris les spécialistes chinois des questions agraires, pourtant au fait de certaines formes de résistance dans les campagnes chinoises. Elles ont encouragé un groupe d’historiens et d’économistes chinois à effectuer des enquêtes de terrain dans différentes régions chinoises (plus particulièrement dans les provinces du Shanxi, du Guangdong, du Hunan, du Yunnan et de l’Anhui) pour recueillir des témoignages oraux portant sur la période collectiviste. Leur objet est d’inventorier les actions, individuelles ou collectives, effectivement accomplies par les paysans pendant des décennies, ainsi que les jugements portés, en interne, sur ces actions. Ces jugements, volontiers disqualifiés par la communauté scientifique en Chine comme ? subjectifs ?, sont pourtant extrêmement

importants. Ils ont en effet constitué des points d’appui largement partagés et expliquent que le système collectiviste, tel qu’il est décrit dans les textes officiels, n’a probablement jamais existé dans la plupart des villages chinois où tout fut mis en ?uvre pour ne pas produire plus.

[Résumé d’I. Thireau]

 

  评论这张
 
阅读(964)| 评论(2)
推荐 转载

历史上的今天

在LOFTER的更多文章

评论

<#--最新日志,群博日志--> <#--推荐日志--> <#--引用记录--> <#--博主推荐--> <#--随机阅读--> <#--首页推荐--> <#--历史上的今天--> <#--被推荐日志--> <#--上一篇,下一篇--> <#-- 热度 --> <#-- 网易新闻广告 --> <#--右边模块结构--> <#--评论模块结构--> <#--引用模块结构--> <#--博主发起的投票-->
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

页脚

网易公司版权所有 ©1997-2017